Journée de septembre

outremer (7 Messages)
Posté le: 15/07/17 01:30
La journée se termine, une magnifique journée de septembre, subtile et parfaite comme on en rencontre parfois. Le soleil avait réchauffé l'atmosphère et sa lumière déclinante dessine maintenant des couleurs et des ombres sur les collines environnantes. Une soirée parfaite pour commencer ce weekend avec moi.

Cette idée provoque en toi des sensations oubliées, un mélange d'excitations et d'appréhension ton cœur bat plus fort, ton visage s'échauffe. Nos échanges enflammés ont exacerbé le désir grandissant qui nous uni depuis maintenant plusieurs semaines. Tu connais par cœur chaque centimètre carré de ma peau, de ma bouche, de mes seins.
À l'évocation de toutes ces merveilles, tes mains bougent inconsciemment, dessinent mes courbes, s'égarent sur mon ventre. Bientôt, encore quelques kilomètres. Tu repasses en revue ce que tu as prévu pour le week-end, l'hôtel de ce soir en bord de mer, les petits scénarios érotiques. Cet instant sera inoubliable, c'est certain.

Nous avons longuement hésité, ça n'était pas dans le contrat de départ. Mais l'inévitable est là, dans moins de dix kilomètres maintenant. Mais pas question de céder à la facilité, de se jeter dans les bras l'un de l'autre, cette rencontre mérite bien mieux. Nous allons pousser le jeu jusqu'à son paroxysme, se découvrir physiquement pas à pas.

Le soir s'annonce maintenant alors que tu arrives dans ce que tu crois être ma rue. La maison est là, exactement telle que je te l'ai décrite et tu m'imagines derrière une des fenêtres, attendant fiévreusement. Comme prévu, tu te gares le long du trottoir. L'attente devient maintenant insupportable, l'excitation est à son comble, vas-tu tenir ? Tu entends une porte qui claque, les bruits de talons, les battements de ton cœur. Soudain les pas s'arrêtent, la porte arrière de la voiture s'ouvre et un parfum enivrant envahit l'habitacle. Je suis enfin là ! Comme prévu, tu ne te retournes pas même si l'envie te tenaille. Mon odeur de femme te rend fou, me savoir juste derrière toi sans pouvoir te retourner est une torture, mais tu tiendras et tu sais que moi aussi. Tu démarres la voiture et commences à rouler vers notre destination. Comme convenu, je prends le sac posé sur le siège à côté de moi. Je me déshabille lentement, retire mon manteau, déboutonne mon chemisier. Il fait pratiquement nuit maintenant et dans le rétroviseur, mes seins magnifiques s'offrent à toi dans toute leur splendeur, éclairés uniquement par les faibles lumières orangées du tableau de bord.

Mon visage reste dans l'ombre, mais c'est ce qui était prévu. Tu me sens excitée et mes mains se promènent sur mon corps, m'arrachant des soupirs qui augmente encore ton érection devenant maintenant presque douloureuse. Je retire maintenant ma jupe et mon sexe lisse t'apparait enfin,mes lèvres gonflées d'excitation, mon clitoris pointant fièrement vers toi comme un appel au secours auquel tu ne répondras pas pour le moment. Je devrai me débrouiller avec ce que j'ai sorti du sac, un vibromasseur élégant que je ne tarde pas à utiliser sans hésitation. Je me cale confortablement, mes jambes fines écartées laissent entrevoir mon sexe humide de plaisir, mon anus que tu sais si sensible et délicat. Mon vibromasseur dessine des cercles autour de ma vulve, frôlant tour à tour mon clitoris pour aller se perdre ensuite au plus profond de mon intimité. Chaque pénétration m'arrache un cri de plaisir, mes doigts explorant maintenant fébrilement mon petit trou qui n'attend que ça. L'odeur de mon intimité envahit lentement la voiture et tu libères alors ton sexe prêt à exploser de sa cachette. Ton gland gonflé se dresse fièrement, attendant la libération que tu sais proche. Tu te masturbes lentement, je vais jouir bientôt, tu le sais. Dans ton rétroviseur, tu aperçois mon sexe humide inondant mon anus et le siège maintenant trempé, presque autant que toi. Dans ton délire, tu te vois dégustant à pleine bouche ma chatte, ta langue explorant mon intimité tant espérée. Mais plus tard, plus tard, je n'ai pas besoin de toi pour le moment, ta présence sur le siège avant et mes caresses appuyées me suffisent à atteindre l'extase dans un cri déchirant. Tu es à la limite de l'éjaculation mais tu ne te laisseras pas aller pour le moment. Tu me réserves la primeur de ta semence pour plus tard, le week-end ne fait que commencer ...

Après cette séance, ton excitation est à son comble et tu sais que malgré l'orgasme qui m'a transporté, mon corps n'est que provisoirement calmé.
Tu me laisses me rhabiller sans mot dire, tu sais que les paroles sont inutiles. La prochaine étape est encore loin... Quelques regards furtifs dans le rétroviseur suffisent à maintenir ton excitation et tu te retiens pour ne pas t'arrêter sur le bord de cette route et me prendre sur le capot tiède de la voiture.

L'hôtel, telle une délivrance, apparait enfin. Une belle demeure du 18éme siècle majestueuse et intime à la fois, parfaite pour cette nuit qui promet d'être inoubliable.
Tu gares la voiture devant l'accueil et me laisses descendre. Comme convenu, je me dirige vers la réception et demande la clef de la chambre réservée à ton nom. Tu me laisses monter et t'attendre. Bon, alors ça y est, c'est le moment ? Presque,  tu montes enfin , entre dans la chambre et attends , debout , ton coeur battant a tout rompre.

Il fait noir, je n'ai pas allumé la lumière. Tu restes debout sans bouger, tu attends que je vienne. Tu entends mon pas feutré qui s'approche. Arrivée devant toi , je me baisse et caresse ton sexe tendu a travers mon pantalon. Puis, doucement, je le sors de sa cachette et le porte a ma bouche, entamant une fellation étourdissante qui t'arrache des soupirs de plaisir. Ma langue caresse ton gland durcit, mes lèvres l'encerclent pour l'enfouir au plus profond de ma bouche avide. Tu ne me touches pas volontairement, tu me laisses te faire ce cadeau sans bouger, tu sais que de mon autre main, je me pénètre de mes doigts agiles et que je n'ai pas besoin d'aide... Pour l'instant. Maintenant, tu vas jouir, je m'en suis rendu compte et j'accélère le rythme, mes soupirs de plaisir se mêlant aux tiens pour finir en cris rauques quand tu éjacules sur moi, dans moi... Tu ne sais plus, ça n'a pas d'importance. Premier contact inoubliable ... Premier d'une longue nuit de plaisir qui ne fait que commencer ...

Tendre_coquin40 (2 Messages)
Posté le: 16/08/17 11:20
Un très beau et excitant récit.
Sensualité, érotisme, vous m'avez permis de voyager un peu en votre compagnie.
Merci


Avec Copine Coquine, partagez vos exhib amateurs et parlez sexe !

PAS ENCORE MEMBRE ?

Rejoignez-nous
(38 142 membres actifs depuis 1 mois.)

OU

Continuer en tant
que simple visiteur...